top of page
Rechercher
  • quandleslivresnousparlent

« Amour, sexe et terre promise » de Salomé Parent-Rachdi et Deloupy aux éditions Les Arènes




Tout part d’une enquête journalistique, puis de rencontres avec des femmes et des hommes. Un nouveau sujet est lancé, parler de géopolitique et du conflit par le biais de l’amour. L’enquête devient ainsi intime.


La journaliste, Salomé Parent-Rachdi, part à la rencontre de seize hommes et femmes. Ils sont israéliens, palestiniens, occidentaux ; de confession juive, arabe ; en couple ou célibataire. Chacune et chacun se confie sur les conséquences du conflit sur sa vie sentimentale.


De l’obligation de fuir pour éviter les menaces, aux séparations liées aux querelles géopolitiques et/ou pression familiale. De l’union amoureuse qui se transforme en mariage forcé pour obtenir les papiers nécessaires permettant de rester dans la ville où l’on s’épanouit. Des barrières religieuses, des barrières politiques, ces femmes et ces hommes tentent de les dépasser pour sauver leur amour.


A travers des mots intimes, des instants de vie, des secrets partagés, l’auteure nous conte des histoires d’amour, des naissances, des rencontres improbables, des coutumes qui font sourire ou parfois bondir.


On y parle aussi tabou, pression religieuse et harcèlement de rue. On y parle surtout de liberté, d’amitié et d’engagement.


Derrière le magnifique crayon du dessinateur, ces hommes et ces femmes prennent vie. Par ces couleurs, les paysages et l’architecture des villes traversées s’animent. De Jérusalem à Gaza, de Tel Aviv à Ramallah, on voyage et se balade à travers les pages.


En refermant cette très belle et enrichissante bande-dessinée, le vainqueur est nommé, l’amour. Oui, l’amour est toujours au-dessus de tout.


Les passages du livre qui m’ont touché :


« Et puis malgré l’actu, ou à cause d’elle, je me dis que cette BD peut faire du bien. Je le vois comme un contre-pied à l’actualité. Il ne fait pas dans l’angélisme et montre la situation de chacun.e. »


« C’est ce que j’essaie aussi de me dire. Que malgré toute l’horreur de ces derniers mois, les gens vont continuer à s’aimer et à vivre des histoires. »


« Certains voudraient coller des étiquettes à tout le monde mais, la réalité, c’est que nous sommes des humains avant d’appartenir à telle ou telle communauté. »


« Mais pour réussir à vivre ensemble, il faut que la société change. Qu’elle comprenne que pour y arriver, il faut laisser son arme de côté. »


Et vous, quel passage vous a parlé ?

6 vues0 commentaire

Comments


bottom of page