top of page
Rechercher
  • quandleslivresnousparlent

« Camille va aux anniversaires » d’Isabelle Boissard aux éditions Les Avrils




Comment se définir quand on a été fille de, femme de, mère de, puis fraichement mis de côté par l’être aimé ? Comment se réinventer quand on a joué pendant plus de vingt ans le même rôle ? Camille se le demande quand elle pose ses valises à Paris pour quelques semaines pour officiellement organiser l’anniversaire surprise de la compagne de son meilleur ami (Miss Parfaite qui a pleins de vus sur Instagram) et officieusement pour sortir de la léthargie qui l’entoure depuis que son mari l’a quitté.


Elle a 13 jours pour organiser une super soirée à cette femme à la vie si parfaite et aux photos Instagram qui font rêver. Elle a 13 jours pour retrouver un sens à sa vie et sortir de sa zone d’inconfort.


Avec beaucoup d’humour, on suit les tribulations d’une quinquagénaire tentant d’écrire une nouvelle page de sa vie tout en pointant les situations comiques de notre société.


Avec elle, on rit des profils superficiels d’Instagram avec photos du quotidien sous filtre et citations de développement personnel en légende. On partage son analyse ironique sur ces groupes WhatsApp qui vibrent toute la journée avec des messages n’ayant plus beaucoup de lien avec le sujet initial et qui finissent en silencieux. On éclate de rire quand elle évoque ces amitiés superficielles et basées uniquement sur le paraître et la compétition. On s’émeut quand elle raconte avec pudeur la solitude qu’elle ressent et sa difficulté à vivre désormais pour elle et non plus pour les autres.


Et surtout au fil des pages, on s’aperçoit que l’amour n’a pas d’âge. Il brise des cœurs et fait vibrer aussi bien à 20 qu’à 50 ans. Il n’y a pas d’âge pour être en effusion au son d’un message sur son téléphone et dans l’attente après s’être pris un vu. Le cerveau a toujours mille scénarios à inventer grâce à nos émois amoureux.


Un livre plein de rebondissements et de réflexion qui donne le sourire. L’écriture humoristique donne du peps et de la couleur au récit.


De Paris aux plages de Saint-Astre, de situations drôles à celles plus touchantes, le quotidien d’une femme d’aujourd’hui avec photo non retouché et post de plus de 250 caractères.


J’avais adoré son précédent roman, pour cette plume mêlant ironie et sensibilité, je vous recommande ce second roman.


Les passages du livre qui m’ont touché :


« Le crowdfunding est devenu monnaie courante. Le nouveau visage du chantage affectif. Certains offrent des contreparties. Mais d’autres ne s’emmerdent même plus avec ça et demandent juste un financement au nom du projet seul. »


« La réservation généralisée pour à peu près tout : ciné, musée, restau, visite, stationnement, hôtel, voiture, train, avion, concert, nécessitant une connexion internet, exigeant la création d’un compte, imposant la création de mots de passe avec un caractère spécial, une lettre majuscule, un minimum de 12 caractères et un chiffre, est un fléau contemporain. L’avenir appartient à ceux qui se connectent tôt. »


Et vous, quel passage vous a parlé ?

14 vues0 commentaire

Comments


bottom of page