Rechercher
  • quandleslivresnousparlent

"Edmonde, l'envolée" de Dominique de Saint Pern aux éditions Stock



Edmonde Charles-Roux a eu mille vies.


Dans « Edmonde », Dominique de Saint-Pern nous racontait la jeunesse de cette fille bien née, côtoyant tout le beau monde de l’époque, destinée aux fêtes et aux beaux partis. Dans les dernières pages, on quittait une jeune femme engagée, résistante, ambulancière pendant la seconde guerre monde. Une jeune femme endeuillée qui venait de perdre son fiancé et son grand amour.


Dans ce nouveau tome consacré à la biographie de cette femme qui a croqué la vie, qui l’a traversé en étant intrépide, impatiente, un brin capricieuse et avec toujours le mot pour rire, nous retrouvons Edmonde à la sortie de la guerre.


Edmonde a 25 ans. Elle erre dans le Paris de l’après-guerre ne sachant quoi faire. Sa rencontre avec Hélène et Pierre Lazareff va bousculer son quotidien. Elle obtient un poste dans un nouveau magazine féminin, ELLE. C’est son premier pied dans le monde du journalisme. Elle partira ensuite à VOGUE où elle y restera 17 ans.


Edmonde, c’est une femme libre, indépendante malgré les carcans que lui imposent son milieu. Une grande amoureuse de la vie et des hommes. Une femme qui s’en fichait du qu’en dira-t-on. Une femme qui a mené sa vie avec un souffle de modernité.


VOGUE ne veut plus d’elle. Eh bah tant pis, elle écrira ! Et elle aura même le Goncourt. Et là voilà, ancrée dans le monde littéraire, passant d’un manuscrit à un salon littéraire, de la remise d’un prix à l’Académie.


Edmonde, c’est une femme qui a virevolté dans sa vie sentimentale. Une femme qui a collectionné les amants. C’est l’amoureuse d’un homme : Gaston Defferre. Elle découvre la vie de couple, le rôle d’épouse sur le tard. Et finalement, ces habitudes qui usent les couples, elle les savoure et les chérit.


Avec Gaston Defferre, elle devient la première dame de Marseille, elle côtoie les hommes politiques de l’époque et participe activement aux différentes campagnes politiques. Elle devient une aristocrate de gauche.


Edmonde, c’est une femme pétillante, cultivée qui avait l’œil pour mettre en avant les écrivains, photographes, artistes et stylistes. C’est aussi une femme au sacré caractère et qui aimait être toujours sur le devant de la scène.


« Edmonde, l’envolée », c’est une biographie passionnante qui nous emporte dans le monde de la culture, de la politique et des artistes d’hier.


Les passages du livre qui m’ont touché :


« Moi je pense qu’on est écrivain dès qu’on écrit. Après ça, il y a des bons écrivains et des moins bons… »


« Que font-ils de la vie réelle, la vie plus vraie et profonde des minuscules habitudes partagées ? »


« L’enfance est un lieu auquel on ne retourne pas, mais qu’en réalité on ne quitte jamais, a écrit l’écrivaine Rosa Montera. L’enfance, ce passage tapissé de tellement de fragilité, de vulnérabilité, d’intensité des émotions, façonne l’adulte que l’on sera. »


Et vous, quel passage vous a parlé ?

7 vues0 commentaire