Rechercher
  • quandleslivresnousparlent

"Journal d'une femme libérée" de Louise Hardi aux Editions Maïa



« Journal d’une femme libérée » est une jolie découverte. Un premier roman à la fois drôle et touchant. Une histoire qui nous parle de la (re)naissance d’une femme d’aujourd’hui. D’une femme qui nous ressemble, qui pourrait être nous ou l’une de nos amies ou sœurs.


Emma, trentenaire, vit depuis plus d’un an, seule avec sa fille Jeanne, après avoir découvert les infidélités de son ex-compagnon. Le quotidien n’est pas tous les jours facile. Il faut jongler avec son boulot de serveuse, sa vie de maman, le mauvais caractère de son ex, les incompréhensions de sa famille sans s’oublier en tant que femme.


Grâce à sa bande d’amis et notamment à ses deux meilleures amies, Anna et Charlotte, Emma sait à qui confier ses doutes et ses galères et surtout avec qui boire un verre et faire la fête pour décompresser.


Emma va aller de l’avant. Elle va faire de nouvelles rencontres qui vont lui permettre de se retrouver, d’oser s’affirmer en tant que femme et mère, retrouver la confiance en soi et se prouver qu’elle est capable aussi d’accomplir de super choses.


Pour son premier roman, Louise Hardi nous plonge dans l’univers d’une trentenaire pétillante avec ses doutes, ses histoires de cœur compliquées et surtout ses avancées. A travers les pages, on suit l’émancipation d’une femme moderne, une trentenaire d’aujourd’hui totalement parfaite et imparfaite qui se cherche, se trompe mais ne baisse jamais les bras.


Une jolie histoire d’amitié avec le rôle important des amis, les fous rires et confidences partagés, ces épaules sur lesquelles s’épancher les jours sans, cette deuxième famille qu’on se crée.


Un livre qu’on referme le sourire aux lèvres. J’ai hâte de retrouver Emma dans sa nouvelle vie.


Les passages du livre qui m’ont touché :


« Je rentre chez moi. Sur le chemin du retour, un grand sourire s’étire sur mon visage et ne me quitte pas. Il ne faut parfois pas grand-chose pour retrouver l’amour et la confiance en soi. Il suffit juste d’un compliment spontané d’un inconnu pour se sentir revivre. Le poids des mots a son importance. Qu’on le veuille ou non il a un impact profond sur notre vie et sur ce qu’on en fait. Ce soir ce fut de façon positive. Et pour ça, à cet inconnu, je ne peux que lui dire merci. »


« On est pleines à craquer. Pleines de muffins, mais surtout pleines d’amour. »


« Certes la famille ce n’est pas toujours facile, on ne la choisit pas, et elle nous fait rarement de cadeaux. Pourtant c’est elle qui nous connaît le mieux, qui nous a vus grandir et évoluer. Parfois son jugement peut être sévère, injuste même, mais ces critiques injustifiées sont souvent le fruit de l’amour qui nous lie malgré tout. Un amour inconditionnel qui va bien au-delà des liens du sang. »


« J’en suis à mon quinzième carton bouclé, dont les trois quarts remplis de vêtements provenant de ma garde-robe. Je n’ai pas réussi à faire de tri, j’aime tous mes vêtements comme s’ils étaient uniques. Chacun d’eux porte le souvenir d’une soirée, d’un repas entre amis, d’une journée en famille, d’une bonne nouvelle, d’une plus mauvaise. Tous correspondent à des moments de ma vie que je ne veux pas oublier, même les plus difficiles, ils font partie de ce que je suis aujourd’hui. »


Et vous, quel passage vous a parlé ?

10 vues0 commentaire