top of page
Rechercher
  • quandleslivresnousparlent

"L’automne est la dernière saison" de Nasim Marashi aux éditions Zulma



Deux saisons. Trois amies.


Leyla, Shabaneh et Rodja se connaissent depuis l’Université. Inséparables, elles partagent tout : leurs amours, leurs peines de cœur, leurs rêves, leurs doutes. De l’été à l’automne, leur vie va changer. D’une saison à une autre, elles vont grandir et devoir faire des choix.


En ce début d’été, Leyla, journaliste, sombre sur son canapé rouge. Son mari est parti pour le Canada, aspirant à une vie meilleure qu’en Iran. Laissée seule, Leyla espère chaque jour son retour et en attendant, se laisse aller. Elle ne sort plus, ne travaille plus, ne s’occupe plus d’elle. Elle attend un message, un signe de l’homme qu’elle aime.


Shabaneh végète dans un travail qui ne l’intéresse pas. Timide et ne voulant pas blesser son interlocuteur, elle ne s’écoute jamais et acquiesce à tout ce qu’on lui propose. Sensible et aimante, elle s’occupe beaucoup de son petit frère handicapé. Elle est tiraillée entre un homme qu’elle n’aime pas et le devoir de se marier que lui impose la société.


De son côté, Rodja a aussi des envies d’ailleurs et se bat pour obtenir son visa qui lui permettra de rejoindre un doctorat à Toulouse. En attendant, elle cumule les boulots pour réunir assez d’argent pour son voyage.


Et l’automne arrive et balaie tout. Tiraillées par leurs contradictions et leurs rêves, les trois amies vont changer, apprendre à prendre leurs décisions et à s’affirmer.


En toile de fond : l’Iran. Au premier plan : trois femmes qui cherchent leur place, leur liberté et leur indépendance face à une société qui leur impose le mariage et la soumission. Trois femmes qui devront faire face à un choix difficile entre partir ou rester.


Par des flash-back, l’auteure nous présente ces trois héroïnes et leur amitié.


Une très belle découverte. Un premier roman écrit avec une plume fluide et sensible.


Une lecture douce qui conte l’amitié et l’amour.


Les passages du livre qui m’ont touché :


« On n’est plus du même monde que nos mères mais on n’est pas encore de celui de nos filles. Notre cœur penche vers le passé et notre esprit vers le futur. »


« Pour toi, c’était quelque chose, la vraie vie, mais ça n’avait rien à voir avec ma vie à moi. Je voulais devenir institutrice, libraire, pianiste soliste ou journaliste. Et je ne laisserais tomber aucun de ces rêves. Dès que j’aurais réalisé le premier, mon cœur s’envolerait vers le suivant et celui-ci à peine accompli, je brûlerais déjà pour le troisième et le quatrième. »


Et vous, quel passage vous a parlé ?

12 vues0 commentaire

留言


bottom of page