top of page
Rechercher
  • quandleslivresnousparlent

« La géométrie des possibles » d’Edouard Jousselin aux éditions Rivages




Comme un puzzle, les pièces s’assemblent au fil des pages. Le fil invisible s’illumine entre cette multitude de personnages sans lien apparent.


Car quel est le lien entre un ancien résistant en Bourgogne, un producteur français à Los Angeles, un migrant mexicain, un agent du FBI, un auteur français, une étudiante acharnée, un rescapé d’un attentat ? Comment des personnages vivant sur deux continents et n’ayant aucun lien de parenté, ni point commun peuvent-ils se croiser ?


L’histoire s’ouvre sur un accident de voiture, deux voitures se percutent sur une route de Los Angeles. Une victime. Un rescapé. Des victimes et des rescapés dans ce roman qui met en scène une multitude de personnages, tous plus différents les uns que les autres. Tous, ayant une trajectoire différente.


Un chapitre par année. Un chapitre pour dessiner un pan de notre histoire contemporaine. Des années 90 aux années 2000, 2012 et les mois de confinement. Des aller-retours entre la France et les Etats-Unis.


Les pages s’enchaînent. La vie des personnages se dessine. Leur présent s’explique par leur passé, les contours de leur futur se précisent.


Un roman addictif. Les pièces s’emboîtent au fur et à mesure.


De la finesse dans l’écriture. Des faits de société s’entremêlent au destin des personnages. Une description psychologique.


Une fresque sociétale qui explore notre histoire, nos faits de société et nos dérives.


Un roman très intéressant et à découvrir.  


Le passage du livre qui m’a touché :


« La foule klaxonne, fête, pleure, espère et désespère. Comme à chaque élection. »

 

Et vous, quel passage vous a parlé ?

15 vues0 commentaire

Comments


bottom of page