Rechercher
  • quandleslivresnousparlent

"Partie italienne" d'Antoine Choplin aux éditions Buchet-Chastel



Il y a une rencontre fortuite autour d’une partie d’échec à Rome.


Enfin un adversaire à sa hauteur pour lui,

Plusieurs parties de gagné pour elle.


Des pions qui se déplacent avec concentration,

De la stratégie et des échanges autour de banalités pour commencer,

Des balades dans les rues de la capitale italienne, ensuite.


Des vins aux notes de cuir et d’épices pour se dévoiler.


Pour elle, une escapade à Rome pour replonger dans son passé.

Pour lui, le désir de fuir, de trouver le calme et le temps de réfléchir.


Une liaison qui naît autour d’un jeu d’échecs.


Une balade romaine comme un souvenir de vacances.

De la poésie à chaque page.

Un livre qui met en avant l’importance de la mémoire et des mémoires collectives.


Une jolie découverte de la rentrée littéraire.


Les passages du livre qui m’ont touché :


« Pourtant, les fragments de conversations, les éclats de voix, le bruit des voitures circulant dans les rues adjacentes ne m’atteignent qu’à peine. Les parois de la bulle que m’impose le jeu fabriquent une étanchéité mesurée et confortable, entre solitude et emprise sereine au monde qui m’entoure. »


« Faire comme on a dit, c’est se séparer là, à cet instant, sur le Campo de’Fiori. A deux ou trois heures du matin. S’en tenir à ce moment-là, éviter les mots et les phrases. Remettre tout en place, table et chaises, remballer échiquier, bougies, comme nous venons de le faire. Saluer le grand Bruno. Et puis se prendre dans les bras, ça oui, quand même. »


Et vous, quel passage vous a parlé ?



8 vues0 commentaire