Rechercher
  • quandleslivresnousparlent

"Trois vœux", de Liane Moriarty



Attention, roman addictif ! Une fois ouvert, impossible de le lâcher ! Je sais que pour les addicts aux livres que nous sommes, c’est ce qu’on dit pour chaque livre mais là c’est vraiment vrai ! On dévore les pages, les unes après les autres. On se dit, « aller dernier chapitre » et après on fait une pause pour reprendre le cours de sa vie ou de sa nuit, mais on veut connaître la suite alors on est entraîné dans un nouveau chapitre, puis encore un autre et on ne s’arrête qu’au mot « fin ». On quitte à défaut ces personnages, ces paysages australiens, et on retrouve doucement la vie réelle. C’est comme une bonne série où on avale les épisodes en quelques jours !


Liane Moriarty est l’auteure des très célèbres livres « Secret du mari » et « Petits et grands mensonges» (adapté en série !). Dans son dernier roman, elle met en scène des triplées : Lynn, Cat et Gemma, trentenaires qui s’aiment autant qu’elles se chamaillent.


Ses trois sœurs malgré leurs différences de caractère sont très soudées. Il y a Lynn, la « femme parfaite », qui a tout réussi, sa vie maritale, ses enfants et sa carrière, la plus raisonnable des trois, mais à force de trop contrôler sa vie et celle de sa famille et de ses sœurs, elle arrive à bout et son corps s’essouffle. Gemma est la rêveuse, l’hypersensible, qui se laisse bercer par la vie, qui n’a aucune attache et ne sait jamais de quoi sera fait son lendemain, jusqu’à ce qu’elle tombe réellement amoureuse et qu’elle affronte enfin les démons de son passé. Et enfin, il y a Cat, la forte tête, celle qui a le plus mauvais caractère des trois. Un raz-de-marée, sous la forme d’une brune pulpeuse, va venir mettre la pagaille dans sa vie. Cat va devoir apprendre à mieux gérer ses émotions et à retrouver l’enfant qui sommeille en elle et les rêves qu’elle a mis de côté.


L’histoire démarre le soir du trente-quatrième anniversaire des triplées, qu’elles ont décidé de fêter ensemble dans un restaurant recommandé au « Good Food Guide » à manger des fruits de mer. Alors que la soirée se passe merveilleusement bien, une bombe est lâchée et l’anniversaire dégénère.


A partir de cette soirée d’anniversaire, l’histoire remonte le temps et des flashbacks s’entremêlent racontant des moments de la vie des triplées de leur enfance à leur adolescence, de leurs premiers amours aux rencontres marquantes, leurs études et jobs, les épreuves de la vie qu’elles ont dû affronter, les choix qu’elles ont dû faire. Tous ces événements qu’elles ont vécus nous permettent de découvrir leur histoire et de comprendre pourquoi leur soirée d’anniversaire va changer leurs vies à jamais. Ces trois femmes sont fusionnelles. On ressent l’amour qu’elles ont les unes pour les autres et le lien fort qui les unit.


Liane Moriarty dessine le portrait de femmes très touchantes et attachantes.


L’écriture est fluide et on ne se perd jamais dans les flashbacks. Ce livre ressemble à un puzzle où on assemble les moments de leurs vies pour mieux les comprendre et également comprendre la première scène du livre !


Ce roman est à la fois émouvant et drôle. On passe un très bon moment de lecture. C’est mieux qu’une série !


Les passages du livre qui m’ont touché :


« Le hasard veut parfois que l’on se retrouve à jouer en public la comédie, la tragédie ou le mélodrame de sa propre vie. »


« C’était si joli, ces bulles qui volaient et dansaient dans le vent – on aurait dit des centaines de tout petits arcs-en-ciel. »


« J’avais envie de lui dire : Ne soyez pas triste, ma petite chérie. Je ne sais pas ce qui vous tracasse, mais il est probable qu’au bout du compte, ça s’avérera n’être qu’une broutille. Ou qu’avec le temps, ça n’aura plus d’importance. Et plus tard, vous vous souviendrez seulement qu’un jour vous avez soufflé des bulles sur le Corso avec vos sœurs. Que vous étiez jeunes et belles et que vous n’en aviez même pas conscience. »


« A l’époque, se disait-elle, son avenir était semblable à un long buffet garni de plats exotiques attendant qu’elle fasse son choix. Cette carrière-ci ou bien celle-là. Ce garçons-ci ou bien celui-là. Le mariage et les enfants ? Plus tard, qui sait – pour le dessert, peut-être. Elle n’avait pas mesuré qu’ils commenceraient aussi vite à débarrasser les assiettes. »


« L’espoir du possible lui donnait la chair de poule. »


Et vous, quel passage vous a parlé ?






6 vues0 commentaire