Rechercher
  • quandleslivresnousparlent

"L'amour par temps de crise" de Daniela Krien aux éditions Albin Michel



En Allemagne, cinq femmes, Paula, Judith, Brida, Malika et Jorinde, se cherchent, s’affirment, se libèrent des dictats de la société et des poids familiaux et s’assument. Elles savent parfois ce qu’elles veulent, d’autre fois non et souvent veulent beaucoup de choses en même temps. Ces femmes s’interrogent sur leur vie amoureuse, la conciliation de leur travail avec leurs enfants, l’indépendance souhaitée tout en étant en couple et la liberté qu’elles revendiquent mais qui les contraint à faire des choix.


Le roman se divise en cinq parties pour les cinq portraits de ces femmes contemporaines auxquelles on s’identifie et on se reconnaît.


Elles se côtoient, sont amies, sœurs, concurrentes. Elles se passent la balle, et chacune s’exprime. On a l’impression qu’elles se passent le relai. Les transitions entre les parties sont bien ficelées. Le lien entre chacun d’elle est connu au fil de la lecture.


On s’attache dès les premières pages à ces femmes qui pourraient être nos amies et même nous. L’analyse faite de notre société est fine et intéressante. Le roman interroge sur la place de la femme dans la société en tant que mère, épouse, célibataire, citoyenne, salariée ou indépendante.


L’auteure explore les sentiments et les contradictions de ses femmes qui se croisent car elles sont l’amie, la sœur, la rivale. Elles sont actives, pleines de vie et de volonté. Elles rencontrent les mêmes problèmes que n’importe quelle femme d’aujourd’hui sur les choix à faire, la conciliation vie privé/vie professionnelle, l’affirmation de rester célibataire, le désir d’enfant ou encore l’essoufflement d’un couple.


Le roman a également comme thème principal la littérature. Pour ces femmes, la littérature et l’art occupent une place centrale. Jorinde est comédienne. Brida est écrivaine, Judith a relu le manuscrit de Brida, Paula vend les livres de Brida dans sa librairie où Malika, violoniste, vient les acheter et les dévorer dès qu’ils paraissent.


Ces femmes sont différentes, elles ont des vies sociales et amoureuses parfois éloignées mais partagent ce désir de liberté et cette envie de vivre avec intensité.


On est enveloppé dans cet univers féminin qui rappelle les soirées entre copines.


L’écriture est élégante et fluide et dessine de beaux portraits de femmes.


Un roman qui parle des femmes, qui nous plonge dans un univers plutôt féminin mais qui touchera tout le monde. Un très bon moment de lecture.


Les passages du livre qui m’ont touché :


« Comme si l’être humain était une feuille blanche sur laquelle on peut écrire à volonté. »


« Le cinéma est le deuxième foyer de Malika ; on peut se fier à son goût et les histoires des autres se superposent aux images de son propre passé. »


Et vous, quel passage vous a parlé ?

8 vues0 commentaire