top of page
Rechercher
  • quandleslivresnousparlent

"Cinq articles maximum" de Claire Renaud, Fleuve Editions



Des femmes se succèdent dans les cabines d’essayage de ce magasin de prêt-à-porter. Elles s’admirent, rejettent leur corps, analysent leur défaut, cherchent la tenue parfaite, celle qui les rendra belles.


Elles viennent en groupe, adolescentes débordantes d’énergie à la recherche d’un top à paillettes pour une soirée. Elles longent les murs, évitent les miroirs face à ce corps qui vieillit ou qu’elles ne reconnaissent plus après avoir donné la vie.


Elles sont à la recherche de la robe qui changera leur vie, de la tenue qui rendra jalouse leur copine, du haut qui les illuminera. Elles compensent la solitude par l’achat de vêtements. Elles viennent regarder les nouveautés. Elles souhaitent ressembler aux mannequins qu’elles admirent dans les magazines.


Dans ces cabines d’essayages, elles sont de toute génération, elles cherchent toutes à cacher leur défaut, elles s’observent, se jaugent, se jalousent et s’admirent.


Au milieu de toutes ces femmes, il y a Juliette, la jeune vendeuse qui plie les vêtements, les remet sur cintre, les range. De son poste, elle observe, conseille, recueille les histoires.


Juliette ressent les émotions de ces clientes. En dix minutes, elle leur redonne leur sourire, leur trouve la tenue, apporte du bonheur dans leur vie.


Dans cet espace exigu, elle raconte chaque vêtement qui met en avant le corps des femmes, fait ressortir leurs faiblesses, les illumine.


Des tranches de vie touchantes et pleines d’humour.


Un livre qui raconte avec sincérité les femmes et le rapport à leurs corps. Un livre dans lequel on se retrouve, on sourit aux séances shopping vécues entre amies ou seules.


Une histoire réaliste et engagée sur notre système de consommation, sur ce besoin d’avoir toujours plus de vêtements, de plaire, de se cacher sous un vêtement. Le pouvoir du vêtement sur notre confiance en soi, notre façon de relever la tête avec fierté, de s’affirmer.


Un portrait de femmes attachantes et touchantes.


Un roman plein d’humanité et de bienveillance.


Une lecture douce et drôle.


Les passages du livre qui m’ont touché :


« Son corps est son histoire. Chaque parcelle de peau est un fil qui la conduit à un événement précis qui, par là, devient inoubliable. »


« En dessous de la laine, du coton, du lin, du synthétique, il y a ces corps, la détresse de les voir si inadéquats, le désir de les arranger, de les faire paraître à leur avantage, et ces efforts me touchent énormément. »


« Qu’il faut arrêter de se trouver trop ronde, grosse, petite, flasque, ridée, vieille. Qu’on doit changer les tailles des vêtements et non les corps des femmes. Que c’est dans l’autre sens, en fait. Adapter le contenant au contenu et non l’inverse. »


« Il faut parfois commettre plusieurs erreurs avant de tomber sur le bon choix. »


Et vous, quel passage vous a parlé ?

8 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page